Commentaires: 0
19 octobre 2018, Commentaires: 0

TripAdvisor vient de révéler avoir fait condamner des sociétés spécialisées dans la vente de faux avis. Selon son fondateur, avec cette condamnation à 9 mois de prison pour le gérant de la société en cause, il s’agirait même d’un « tournant historique » pour TripAdvisor…

Quand on sait que 76% des voyageurs finalisent leur choix de réserver tel ou tel établissement en fonction des avis qui sont écrits à son sujet, on comprend mieux que certains soient tentés de multiplier les « bons avis » sur leur compte TripAdvisor quitte à ce que ces derniers soient totalement faux ! Et pour cela, à défaut de les écrire soi-même en créant une ribambelle de faux comptes mails, il n’y a rien de plus simple que de faire appel à des sociétés spécialisées dans la rédaction de faux avis.

Sur ce site, on peut aussi bien acheter de bons (faux) avis que de mauvais (faux) avis pour « plomber » la note de son concurrent, par exemple.

Le jugement de la semaine dernière qui a condamné à 9 mois de prison le gérant d’une société italienne spécialisée dans le commerce de « faux avis » est une première (s’agissant de la condamnation à de la prison) pour TripAdvisor qui a considérablement accentué son combat contre ces sociétés. Depuis 2015, la société américaine a déjà fait condamner 60 entreprises à des amendes très élevées. Il faut dire que pour le géant mondial, les faux avis mettent en cause sa crédibilité et donc, dans une certaine mesure, son business.

300 personnes mobilisées

La chasse aux faux avis a donc pris une dimension nouvelle avec la généralisation des procès intentés par le géant des voyages en ligne. Ces attaques pénales viennent à la suite des mesures drastiques prises par TripAdvisor pour repérer les faux avis car, selon des sources internes, ce fléau toucherait de 5 à 7% des avis publiés.

Quand on sait qu’il se poste – chaque minute et partout dans le Monde – quelques 190 avis sur la plateforme TripAdvisor, on peut rapidement mesurer le volume de faux avis qui innonde ses pages …

L’année dernière, TripAdvisor a mis au point un logiciel spécial qui s’appuie sur 50 filtres et croise 300 éléments d’appréciation pour signaler les avis suspects. Ensuite, ce sont près de 300 personnes qui détaillent ces avis pour décider, au final, s’ils sont faux ou pas. Pour identifier un faux avis, TripAdvisor vérifie l’adresse IP de celui qui l’a posté, sa géolocalisation, les termes employés et les expressions composées … Au croisement de ces données, l’intelligence artificielle de son « robot-censeur » signale immédiatement tel ou tel avis suspects aux contrôleurs humains. Ensuite, les limiers de TripAdvisor « remontent » la filière pour voir si le faux avis est l’oeuvre d’un hôtelier solitaire ou celle d’une société parfaitement bien organisée pour « industrialiser » ce service.

TripAdvisor a conscience que le système ne filtre pas tout mais son objectif reste de limiter les « faux avis » sous la barre des 10%; ce qui reste encore très élevé.

Et Google dans tout cela ?

Outre les actions menées par TripAdvisor, chaque professionnel peut lui-même engager des poursuites s’il soupçonne (et a la preuve) un concurrent d’écrire de faux avis sur lui. Outre la Directive Européenne du 11 mai 2005 (n° 2005/29 sur les pratiques commerciales déloyales) qui permet de contrer « les contenus sponsorisés non identifiés comme tels que le fait de se “présenter faussement comme un consommateur“, il y a aussi l’article L121-1 du Code de la Consommation qui peut faire condamner le coupable jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 37 500€ d’amende.

Dans son dernier communiqué, Steve Kaufer, le fondateur de TripAdvisor, appelle les pros du tourisme à lui dénoncer les sociétés qui les démarchent pour leur vendre de « faux avis »: depuis la semaine dernière, l’adresse paidreviews@tripadvisor.com est ouverte à tous.

i les efforts de TripAdvisor sont louables – et chaque établissement qui a été victime de faux avis négatifs notamment le sait bien – il n’en reste pas moins vrai que Google serait bien inspiré d’en faire autant.

En effet, depuis l’année dernière, le géant californien est devenu le premier collecteur d’avis dans le Monde avant même TripAdvisor s’agissant de l’univers du voyage et des loisirs.

Déjà, de nombreuses d’achats de faux avis sur Google fleurissent sur le marché (bizarrement, ils sont plus difficiles à trouver lorsque l’on tape « buy reviews Google » …) et le phénomène semble s’accentuer. Google indique toutefois avoir créé de nombreux garde-fous : quand de faux avis sont détectés, le site en question est déclassé dans son ranking … de quoi décourager certains pros de multiplier les faux avis. Car, dans ce cas, ils devront choisir entre de bons (faux) avis et un bon référencement …

Thomas D.

Source: https://blog.elloha.com/2018/09/15/sale-temps-pour-les-faux-avis/

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *